mai 24, 2021

Entreprise

Porcelanosa reboise la mine de Portomé en plantant 10 400 arbres

La multinationale céramique a replanté du pin d’Alep sur une parcelle forestière de 8 hectares afin de freiner le processus d’érosion de la zone et de créer des puits de carbone.

Dans le but de protéger la faune indigène et l’écosystème de Crivillén (Teruel), Porcelanosa a mis en œuvre la première phase du reboisement de Mina Portomé avec la plantation de 10 400 pins d’Alep.

Nous souhaitons y créer une forêt permanente et stable, capable de se régénérer dans le temps.

Sur les 8 hectares de cette zone minérale, la multinationale céramique a créé une nouvelle couverture végétale arborée qui participe à la fixation du carbone, à l’entretien des sols, à la rétention d’eau et à la réduction de l’impact sur le paysage. « À travers les travaux de reboisement et de maintenance de la plantation, nous souhaitons créer une forêt permanente et stable, capable de se régénérer dans le temps. Nous pourrions ainsi encourager la fixation du carbone, limiter les processus d’érosion et améliorer les qualités naturelles et paysagères de la comarque, en intégrant la population dans la gestion des collines via une activité économique liée aux espaces environnementaux », explique-t-on dans le service Qualité et Environnement de PORCELANOSA, chargé du suivi du processus.

Une action durable dont on estime qu’elle permettra d’abosrber 1 664 tonnes de CO2, dans le respect des critères établis par le Registre de l’empreinte carbone, compensation et projets d’absorption fixés par le Ministère de la transition écologique depuis 2014.

Un projet sur 40 ans

On a sélectionné le pin d’Alep en tenant compte de trois aspects fondamentaux :

  • Le respect de la réglementation applicable.
  • L’adaptation des espèces sélectionnées aux conditions du site.
  • Son potentiel en tant que puits de carbone.

L’espèce peut croître rapidement sur l’adret des collines, ces arbres ont donc des caractéristiques phénotypiques et génotypiques semblables à celles des espèces sauvages de l’environnement et permettent de corriger les phénomènes d’érosion que subit le territoire. « La densité de ce reboisement est estimée à 1 300 arbres par hectare. Nous avons lancé une campagne de plantation fixe en novembre et décembre qui pourrait être prolongée si les conditions météorologiques le permettent », indiquent des sources de l’entreprise.

Éléments du service Durabilité de PORCELANOSA

Projection à 40 ans

La plantation du pin d’Alep et sa capacité à limiter le CO2 s’envisagent sur 40 ans. Période durant laquelle on estime que chaque arbre absorbe une quantité de 160 kg de CO2, soit un total de 1 664 tonnes. « Les deux premières années, l’entretien et la conservation se concentreront sur les opérations de regarni, l’irrigation et le nettoyage des broussailles jusqu’à la croissance complète de chaque arbre, afin de participer à la prévention des feux de forêt« , souligne-t-on chez PORCELANOSA Groupe.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *